logo

Category : Islande

29 Déc 2015

L’Islande…

L’Islande…

C’est pour moi tout d’abord des photos sur un album de Zazie, un coup de foudre pour ces paysages d’une beauté incroyable qui me semblaient inaccessibles, là bas sur le toit du monde…

L’Islande…

C’est quelques années plus tard, alors que ma vie était chaotique depuis plusieurs mois, une furieuse envie de photographier des aurores boréales au réveil un matin d’août. Une semaine après mes réservations étaient faites, je partirais seule « à l’aventure » le mois de mars suivant.

L’Islande…

C’est la claque prise en arrivant sur place à cause de cette impression d’être rentrée « chez moi »… Comme si j’avais déjà vécu là un jour. Je suis revenue grandie de ce voyage, plus sûre de moi tout en ayant laissé là-bas une part de moi-même. Je me suis promise dans l’avion du retour de revenir. C’est ce que j’ai fait chaque année depuis…

L’Islande…

C’est ces paysages noirs incroyables découverts en hiver qui me fascinent tant mais désormais aussi ces mêmes paysages emplis de contraste en été qui changent l’apparence du pays mais en en rien l’amour que je peux lui porter. C’est beau en n’importe quelle saison ! Certains me diront que je ne suis pas objective, sûrement ont-ils raison, mais à ceux-ci je répondrai tout de même que s’ils en ont la possibilité, qu’ils aillent vérifier par eux-même.

L’Islande…

C’est les aurores boréales, ce phénomène naturel qui n’a pas d’égal en terme de beauté. Ce spectacle, qui me semblait encore hors d’atteinte il n’y a pas si longtemps, qui me met les larmes aux yeux chaque année. On se sent si peu de choses face à l’immensité de l’univers…

L’Islande…

C’est ces immensités dans le paysage qui me font me sentir libre, hors de ce monde qui me pèse bien souvent, hors de cette ville anxiogène dans laquelle je me rend chaque jour pour travailler, loin du bruit constant de la civilisation…

L’immensité…

C’est peut être ça en fait l’Islande : un endroit où l’on se sent tellement petit que cela force l’humilité, nous rappelle que l’être humain n’est que de passage sur cette terre qu’il dévaste sans la moindre culpabilité…

L’Islande…

Là-bas je respire, je revis, je vis…

Les photos par ici :

21 Avr 2014

Back to Iceland… 2014…

J’avais pensé faire un article par jour comme l’année dernière mais j’ai fait beaucoup moins de photos dans les lieux que j’avais déjà visités, je vais donc être un peu plus avare de mots et condenser la semaine de cette année en un seul long article…

La prochaine fois, peut être que je pourrai profiter des nouveaux vols Genève-Keflavik qui vont ouvrir, mais cette année j’ai encore dû faire escale à Paris. Une vraie perte de temps quand on est impatient de fouler à nouveau le sol islandais 🙂

Parce que même sans la nouveauté de la découverte, l’impatience est bien présente, plus encore même : je n’ai pas fermé l’œil une seule fois dans l’avion malgré une courte nuit de sommeil.

Placée du bon coté, c’est toujours la même émotion quand on voit apparaitre notre destination au loin par le hublot. D’abord les glaciers puis les plages noires et enfin la péninsule sur laquelle l’on va se poser.

Cette année j’ai décidé d’être libre de mes mouvements en louant une voiture et un cottage à l’extérieur de la ville. J’avais tout d’abord prévu un trip super solitaire, mais au final c’est à quatre que nous avons parcouru les routes islandaises et c’était très chouette d’avoir de la compagnie !

Samedi, comme pour nous souhaiter la bienvenue, le ciel s’est embrasé. Malgré la gêne des éclairages des chalets, nous avons pu voir une très jolie aurore boréale. La seule de la semaine malheureusement, mais c’est mieux qu’aucune 🙂

Même si c’est déjà beaucoup mieux que l’année dernière, photographiquement parlant je suis loin de ce que je voulais… C’était un peu compliqué, je n’étais pas prête du tout… Il y avait aussi un vent de dingue (cette année j’ai découvert la puissance du vent islandais c’est sympa, tant que l’on n’a pas besoin du trépied :)) et le cadre n’était pas des plus attrayant pour ce genre de prises de vue, il y a quand même bien mieux en Islande comme avant-plan que des pylônes et des fils électriques ! Ce sera pour la prochaine fois…

Dimanche, nous avons pris la direction de Gullfoss… Avec une ou deux pauses photos en route…

Malgré leur côté « attraction touristique », ces chutes sont magnifiques. Découvertes sous un ciel chargé l’année dernière, cette année le soleil était au rendez-vous… Comme nous n’étions pas pressées par le temps, j’ai également pris quelques photos du paysage alentour…

Nous nous sommes ensuite rendues à Geysir… Pour être franche, si j’avais été seule, je n’y serais pas retournée…  et j’aurai raté une incroyable lumière de fin de journée avec le geyser en contre jour

Lundi nous avons pris la direction de Þingvellir. J’avais adoré cet endroit l’année dernière mais je n’avais pu réellement en profiter.

L’avantage d’avoir son propre véhicule c’est qu’on ne se contente pas de faire un bref passage dans le parc naturel, on peut s’arrêter quand on en a envie et profiter de ce lieu assez unique puisqu’il est à la divergence des plaques tectoniques européenne et américaine.

J’avais également très envie de voir la cascade Öxarárfoss qui se trouve justement à Þingvellir, elle est superbe ! C’est l’un de ces endroits en Islande qui a le pouvoir de me faire perdre toute notion de temps (et d’oublier que je ne suis pas seule et que je ne ressens pas le froid enfermée dans ma bulle !)…

La nuit étant dégagée, le soir nous avons repris le chemin de Þingvellir pour tenter d’apercevoir des aurores boréales. En vain malgré une nuit au froid ! Mais cela m’a permis de faire quelques photos de la Voie Lactée pas super convaincantes, donc pas présentables, et de me rendre compte que que la pollution lumineuse est bien présente malheureusement.

Mardi, après une nuit passée dehors, journée tranquille à Reykjavík et grosse flemme pour sortir l’appareil photo. je me suis contentée d’essayer de faire quelques prises de vue un peu meilleures que l’année dernière de la sculpture Sólfar (The Sun Voyager) que j’adore (je n’ai d’ailleurs pas fait une seule photo de la cathédrale cette année…).

Mercredi, road trip en direction du Jökulsárlón ! C’est loin, très loin quand on décide de faire ça sur une seule journée. Et surtout quand on ne voit pas à dix mètres une fois arrivées sur place. Mais la (re)découverte de cette partie de la côte sud vaut le voyage. Beaucoup d’arrêts en route, des cascades, la plage noire de Vík, les glaciers (de loin malheureusement, nous étions prises par le temps), les étendues de sable noir qui donnent un sentiment de fin du monde… Bref un dépaysement complet, celui-là même qui me fait tant aimer l’Islande !

Jeudi, nouveau road trip, moins lointain celui-ci, direction la péninsule de Reykjanes après un arrêt à l’église Strandarkirkja. Découverte pour tout le monde, je n’avais pas visité cette région l’année dernière. Il faut absolument voir cet endroit (avec un 4×4 obligatoirement) ! Si comme le veut la rumeur, Tolkien s’est inspiré de l’Islande pour décor à la Terre du Milieu, il est incontestable que le Mordor se trouve dans la Péninsule de Reykjanes, on s’attend presque à voir poindre la tour de Sauron ! Cet endroit est juste complètement dingue !

Vendredi, dernier jour, le départ se faisant tôt le samedi matin. Très longue journée puisque nous n’avions pas de logement le soir, inutile vu le peu d’heures de sommeil que nous allions avoir.
J’ai décidé de faire faux-bond pour l’excursion d’observation des baleines. La journée a donc été consacrée au shopping et à une balade dans Reykjavík.

La seconde fois l’Islande parait toujours aussi belle ! J’aime vraiment ce pays. Un voyage l’année prochaine, certainement plus long, y est déjà prévu… J’espère cette fois-ci faire le tour de l’île, il est temps de découvrir plus loin que la région sud-ouest 🙂

Les photos par ici :

 

 

07 Avr 2013

Il était une fois… l’Islande

Je regroupe ici les liens vers les différents articles de mon « carnet de route » en Islande, c’est plus aisé pour la lecture, un petit clic sur l’image et le compte rendu du jour s’affiche 😉

Un mot sur les photos qui illustrent ce carnet de voyage, toutes n’ont pas été prises au reflex, j’en ai fait avec le compact surtout les jours ou j’ai pris l’avion…

J’ai bien conscience que certaines, ne sont que des « photos souvenirs », j’ai d’ailleurs beaucoup hésité avant de les mettre, je suis d’habitude plutôt sélective dans mes publications.

Mes photos d’aurores boréales sont parfois très bruitées, c’est très compliqué à perdre ce genre de photos quand on a pas l’habitude, ça bouge très très vite et les réglages ne sont pas évidents à faire. Il me faut plus d’entrainement !

De manière générale j’ai préféré profiter de l’instant présent au détriment parfois de la qualité des photos, c’est un choix que je ne regrette pas, les souvenirs sont gravés dans ma mémoire. Trier toutes ces photos m’a d’ailleurs donné envie de sauter dans le premier avion en partance pour Reykjavík 🙂

Mais comme c’est un blog photo et que j’aime compléter mes propos par des prises de vues, j’ai finalement décidé d’être moins exigeante que d’habitude d’autant qu’il y a parfois beaucoup de « blabla » 😉

   

   

 

 

 

07 Avr 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 8

16 mars 2013 – Au revoir l’Islande, à bientôt.

Réveil à 3h pour faire mon check-out et attendre le minibus vers 4h. Je saute le petit déjeuner, c’est bien trop tôt pour manger…

L’heure de quitter ce beau pays est arrivée trop vite, je prends le bus avec une certaine mélancolie, j’aurai volontiers prolongé mon séjour de quelques jours, il y a encore tant à voir.

Pour l’heure, passage au BSI pour récupérer le FlyBus en direction de l’aéroport puis enregistrement et passage de la sécurité qui m’embête à cause d’un souvenir fragile que j’ai mis dans le sac photo et qui fait sonner le scanner. Du coup fouille du sac, la dame déballe le paquet, me dit que c’est joli et me laisse tranquille, je n’ai plus qu’à tout remettre en place maintenant 🙂

Passage à la cafet’ pour manger quelque chose, je commence à avoir faim. Un toast au saumon et un jus d’orange plus tard, je vais faire un tour dans les boutiques Duty Free, je compte bien acheter mes produits du Blue Lagoon 😉 La différence de prix est effectivement intéressante, j’ai bien fait d’attendre le départ pour faire mes achats.

Embarquement à l’heure en direction de Paris, je suis à nouveau surclassée, je prends quelques photos au travers d’un hublot vraiment très très sale et quand les nuages cachent la vue, je mets la musique et ferme les yeux pour récupérer un peu de ma nuit quasi blanche pendant le vol.

Islande11_c   Islande12_c   Islande13_c   Islande14_c   Islande15_c

Ce voyage a été une expérience exceptionnelle. Un matin d’août 2012 je me suis réveillée en me disant « je veux faire des photos d’aurores boréales ». Comme je voulais visiter l’Islande depuis longtemps, la destination était toute trouvée, quelques jours plus tard la réservation était faite 😉 Je savais en partant que j’avais des chances de rentrer sans avoir vu les aurores alors quand elles sont apparues dans le ciel de Reykjavík le lendemain de mon arrivée, j’ai été envahie par l’émotion, c’est vraiment un spectacle de toute beauté. Tout le reste du voyage a été aussi marquant, les baleines, les paysages magnifiques, l’impression d’être sur une autre planète, les gens sympathiques et tant d’autres choses encore…  Ah oui, on mange très bien 😀

L’Islande va me manquer, je sais déjà que j’y retournerai un jour en louant une voiture pour avoir la liberté de m’arrêter où je veux et aussi longtemps que je le souhaite.

 

07 Avr 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 7

15 mars 2013 – Une dernière journée « libre »

Rien de prévu au programme aujourd’hui, j’avais gardé ce jour libre dans le cas où une activité prévue un autre jour serait reportée pour cause de mauvais temps.

Mais malgré deux jours moyens, j’ai eu de la chance et j’ai donc une journée pour flâner un peu et faire du shopping, une journée superbe, le soleil est de nouveau là. Pas de p’tit dej ce jour-là, je compte me faire un resto à midi pour le dernier jour.

Je pars donc arpenter les rues de Reykjavík en commençant par monter jusqu’à cette cathédrale magnifique que je vois surplomber la ville depuis une semaine.

Il y a parait-il un ascenseur pour monter et profiter de la vue sur la ville, mais il y avait tellement de monde qui attendait à l’entrée que je me suis contentée de prendre quelques photos de l’extérieur, je n’avais pas envie de faire la queue.

Reykjavik07   Reykjavik08   Reykjavik09   Reykjavik10

Après quelques longues minutes passées dans la contemplation du monument, je fais demi-tour et me balade au gré de mes pas dans les rues de la ville prenant en photo quelques maisons typiques, il y a encore du boulot pour les prises de vues au grand angle en ville… J’aurai bien rapporté dans mes bagages une maison Islandaise, de préférence rouge au toit noir ou noire au toit rouge 😉

Reykjavik05   Reykjavik06   Reykjavik11   Reykjavik12

Reykjavik13   Reykjavik14   Reykjavik15   Reykjavik16

Reykjavik17   Reykjavik18   Reykjavik19

Grosse hésitation pour le programme de la suite de la journée. J’ai tellement aimé le Blue Lagoon que j’y retournerai bien avant de partir et j’ai droit à une nouvelle sortie gratuite pour les aurores boréales ce soir.

Je n’arrive pas au niveau « timing » à faire les deux. J’ai pris le temps d’un resto (pas terrible, le premier de la semaine) pour me décider. J’opte pour les aurores boréales, j’ai adoré le lagon, mais je reste un peu sur ma faim concernant les aurores alors je me dis que je ne peux pas partir sans tenter une nouvelle fois d’en voir, je le regretterai. Je rentre donc prendre un peu de repos à l’hôtel, la sortie du soir me laissera moins de deux heures de sommeil avant de partir prendre l’avion.

Après avoir fait ma valise, j’essaie de faire une petite sieste « préventive », mais le sommeil n’a pas envie de venir alors je retourne flâner un peu du côté du port et en centre-ville avant de chercher un bar, je veux tester la bière islandaise que j’ai tant de fois vue vantée ici et là sur le net.

J’entre donc dans un café et je m’aperçois qu’ils font aussi à manger, ils ont même une carte sympa alors je me dis autant faire d’une pierre deux coups, je commande un sandwich aux langoustines en même temps que ma bière, mon choix est excellent pour un dernier repas à Reykjavík, je mangerai ce genre de « sandwich » tous les jours sans le moindre problème 🙂

Le ventre plein, je vais jeter un dernier regard au soleil qui se couche sur la baie, ça va me manquer cette vue.

Reykjavik20

Puis retour à l’hôtel pour boucler ma valise avant de ressortir faire un dernier tour de quartier en attendant le pick-up à 21h30, une heure plus tard ce soir, les jours rallongent.

Reykjavik21   Reykjavik22   Reykjavik23

Le bus est un peu en retard, passage au BSI pour récupérer mon billet et c’est parti direction Þingvellir pour une dernière chasse aux aurores, espérons que ce sera payant 🙂 Mais au moins je n’aurai pas le regret de ne pas avoir tenté.

A peine arrivés dans le parc national, je suis exhaussée, une magnifique aurore apparait juste devant nous. Le bus fait un premier arrêt pour que nous puissions en profiter.

Il nous conduit ensuite un peu plus loin, il y a beaucoup de monde, mais je trouve un coin dans un champ pour poser mon trépied. Comme le soir ou j’ai vu l’aurore à Reykjavík, je ne cadre pas vraiment, je veux profiter du spectacle, je me contente de mettre à 10mm réglé sur l’infini, de bouger un peu le trépied en fonction du déplacement de l’aurore et d’appuyer sur le bouton de la télécommande. De toute façon, ce n’est pas simple la photo d’aurores boréales et comme je suis soumise à l’horaire de l’excursion, je n’ai pas le temps de chercher à faire la photo parfaite, je n’en ai pas l’envie non plus d’ailleurs sur le moment.

On a beaucoup de chance, on en voit de magnifiques ce soir-là. Ça vaut la peine de sacrifier une nuit de sommeil, le spectacle est exceptionnel.

aurore_boreale15   aurore_boreale16   aurore_boreale17   aurore_boreale18   aurore_boreale19
aurore_boreale20   aurore_boreale21   aurore_boreale22   aurore_boreale23   aurore_boreale24
aurore_boreale25   aurore_boreale26   aurore_boreale27   aurore_boreale28   aurore_boreale29
aurore_boreale30   aurore_boreale31   aurore_boreale32   aurore_boreale33   aurore_boreale34
aurore_boreale35   aurore_boreale36   aurore_boreale37  aurore_boreale38   aurore_boreale39
aurore_boreale40   aurore_boreale41   aurore_boreale42   aurore_boreale43   aurore_boreale44
aurore_boreale45   aurore_boreale46

Les aurores dansent encore dans le ciel quand on reprend la route de Reykjavík, notre chauffeur est le seul à faire un mini arrêt pour qu’on puisse profiter une dernière fois de la vue avant de retrouver les lumières, je trouve ça sympathique de sa part.

Les yeux comblés, je rentre essayer de les fermer un peu plus d’une heure avant le réveil pour prendre le bus qui me conduira à l’aéroport.

 

06 Avr 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 6

14 mars 2013 – La découverte du fameux cercle d’Or

Il a neigé sur l’Islande cette nuit, le temps est bouché et il fait frais quand je sors, mais je suis habillée en conséquence donc pas de souci 🙂

Aujourd’hui direction le cercle d’or, c’est à dire les chutes de Gullfoss, Geysir et le parc national de Þingvellir (Thingvellir), là où se rencontrent les plaques tectoniques européenne et américaine.

La neige transforme complètement le paysage, je profite du voyage pour faire quelques photos de paysages par la fenêtre du bus, mais non seulement la vitre est fortement teintée ce qui donne des photos très sombres et en plus elle est vraiment trop sale alors j’abandonne rapidement. Ah si j’avais une voiture ! 😀

Islande05   Islande06   Islande07

Islande08   Islande09   Islande10

En Islande, ils ont le sens de la prévention routière… On trouve ce genre de « monuments » à l’endroit où il y a eu un accident mortel, c’est très impressionnant, ça fait réfléchir…

Islande04

On fait un premier arrêt dans une serre de production de tomates, c’est plus une « pause pipi » qu’autre chose. On y apprend que les serres sont chauffées uniquement par géothermie, tout est très écologique. Il n’y a d’ailleurs aucune centrale dans le pays, toute l’électricité est fournie par le vent ou la géothermie. Ce sont les seules informations que je retiens, la culture des tomates ça ne m’intéresse pas plus que ca 🙂

Tomates01

L’arrêt suivant se fait à Gullfoss, la « chute d’or ». Quand je découvre les chutes d’eau j’ai l’impression de prendre une claque, non pas à cause du vent violent, mais tant c’est beau ! J’ai l’impression d’être sur une autre planète. Les chutes sont énormes et malgré le vent qui menace de me geler entièrement sur place, j’aurai pu y rester des heures, avec le soleil ça doit être encore plus exceptionnel !

Gullfoss01   Gullfoss02   Gullfoss03   Gullfoss04   Gullfoss05
Gullfoss06   Gullfoss07   Gullfoss08   Gullfoss09   Gullfoss10

Niveau photo c’est la galère, avec le vent l’objectif est couvert d’eau, c’est très difficile d’avoir une photo nette, même en nettoyant, le temps de cadrer il y a à nouveau de l’eau sur la lentille…

L’heure du départ a sonné, direction Geysir, arrivés sur place, tout le monde se précipite vers le geyser, comme on a du temps, je préfère aller manger tranquillement au lieu de suivre le groupe, il y aura moins de monde après.

Après un repas fait d’agneau et de légumes, je me dirige tranquillement vers le geyser.

Celui-ci jaillit trois ou quatre fois toutes les dix minutes à une température variant entre 80 et 100°C. Il jaillit d’ailleurs juste au moment où je passe à côté, c’est très impressionnant, je fais un pas sur le côté, il m’a surprise 🙂 Même si il y a un peu de monde, je trouve un petit coin dégagé pour prendre quelques photos…

Geysir01   Geysir02   Geysir03   Geysir04   Geysir05

…et même filmer un peu.
(la vidéo est petit peu longue à charger…)

Contrairement à la plupart des gens qui à peine leur photo dans la boite s’en vont rapidement vers la boutique de souvenirs, je reste sur place le plus longtemps possible, ce n’est pas tous les jours qu’on voit de tels phénomènes naturels.

Dernière étape, Þingvellir, le parc national, haut lieu historique de l’Islande, c’est là que le premier parlement islandais a été fondé, c’est là aussi que l’indépendance de l’Islande a été signée. C’est à cet endroit que le passe le rift entre les plaques tectoniques américaine et européenne. Pas mal d’explications sur le côté historique du lieu de la part du guide, mais assez peu sur le côté « géographique », même si l’histoire m’intéresse, je trouve un peu dommage le manque d’informations géologiques sur le lieu.

Le bus nous dépose sur un parking en contrebas, on doit le rejoindre environ un kilomètre plus haut en empruntant un chemin le long des parois rocheuses, on se sent tout petit. Une fois arrivés en haut, la vue sur la « vallée » est superbe. Je m’étonne à nouveau sur le comportement touristique des gens qui passent plus de temps dans la boutique de souvenirs qu’à profiter du spectacle de la nature environnante, mais bon après tout chacun sa façon de faire.

Je suis d’ailleurs un peu désappointée, c’est la première excursion (et la seule de la semaine) que je fais guidée en français et je trouve la compagnie de mes compatriotes moins intéressante que celle des autres personnes avec qui j’ai voyagé jusqu’à présent, j’ai préféré la « mixité » de mes autres balades.

Thingvellir01   Thingvellir02   Thingvellir03   Thingvellir04   Thingvellir05
Thingvellir06   Thingvellir07   Thingvellir08   Thingvellir09   Thingvellir10
Thingvellir11   Thingvellir12   Thingvellir13   Thingvellir14   Thingvellir15

Le retour à Reykjavík n’est pas très tardif, je passe à la réception de l’hôtel pour me renseigner si les sorties aurores boréales sont maintenues malgré le temps incertain, on me répond que oui, je demande donc de réserver pour moi, j’aimerai essayer d’en voir une hors des lumières de la ville avant de partir.

Je profite du temps à disposition avant la sortie pour me promener un peu dans la ville et aller manger, au menu ce soir Fish and chips, le poisson est très bon, les frites elles, ben ce sont des frites 🙂

A 20h30, j’attends avec beaucoup de monde dans le hall de l’hôtel pour le pick-up, les aurores boréales c’est l’excursion phare en hiver. Comme je commence à en avoir l’habitude, passage par le BSI pour le ticket et on roule en direction de Þingvellir, les yeux rivés vers le ciel, en partant de Reykjavík j’ai vu au loin un halo lumineux qui annonce une aurore.

Mais manque de chance ce soir, le ciel s’est recouvert, on roule donc pendant un bon moment avant de rentrer bredouilles à l’hôtel avec un ticket gratuit pour retenter demain soir.

 

30 Mar 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 5

13 mars 2013 – Une journée tranquille avec balade en mer

Peu de choses prévues au programme aujourd’hui, c’est les vacances, il faut se reposer un peu quand même 🙂

Seulement l’observation des baleines avec un pick-up à l’hôtel à midi. Je me dis que le pick-up n’est pas obligatoire vu que le bateau est à 20 mètres de l’hôtel, mais comme j’ai réservé en ligne avant de partir, je ne savais pas et je suis obligée d’aller dans le hall attendre l’excursionniste.

Bref avant ça, un petit déjeuner consistant et quelques flâneries dans les magasins de souvenirs pour voir ce qu’ils proposent. Un petit détour par la supérette 24/24 et je rentre attendre mon « chauffeur ».

A 12h50 il n’est toujours pas là, le réceptionniste de l’hôtel reçoit un coup de fil, il faut que j’aille à pied il est coincé je ne sais ou… J’aurai du y aller directement, je n’aurai pas attendu une heure pour rien.

Je vais récupérer mon ticket et grimpe sur le bateau. J’essaie de trouver un petit coin libre, il y a déjà beaucoup de monde étant donné que j’arrive juste avant le départ, je dois me contenter d’une place sur le côté, l’avant du bateau étant bondé.

J’enfile rapidement bonnet et gants, il fait un temps moyen aujourd’hui, un peu de pluie et beaucoup de vent mais quelques rayons de soleil percent pour le départ du bateau.

Reykjavik02   Reykjavik03   Reykjavik04

Quelques minutes après le départ, les passagers s’agitent, ils ont aperçu quelque chose, la guide indique la direction et on voit notre première baleine au loin, très loin, le bateau ralenti mais impossible de prendre la moindre photo.

On continue notre chemin, même scénario quelques minutes plus tard, une nouvelle Baleine de Minke et pas plus de photo, d’autant que la réverbération du soleil sur l’eau est très forte.

Voyons plus loin, de longues minutes passent, je me dis que l’observation des baleines en hiver c’est un piège à touriste, on voit deux baleines au loin, on s’arrête à peine, on fait un tour en mer et on rentre au port en disant « ça y est c’est bon ». Bref, ce n’est pas grave, je m’amuse à prendre en photo les mouettes qui sont un peu partout autour du bateau et je profite de la balade en mer, c’est plutôt sympa quand même.

Oiseau01   Oiseau02   Oiseau03   Oiseau04
Oiseau05   Oiseau06   Oiseau08   Oiseau09

Je réussi même à prendre en photo deux oiseaux qui ressemblent à des oies qui sont passés à toute vitesse, je suis fière de moi, je n’ai pas encore l’habitude des photos animalières. Je découvrirai plus tard grâce au « daily report » sur le site d’Elding que ce sont des eiders à duvet, des gros canards avec de jolies couleurs.

Oiseau07

Au bout d’un moment grosse effervescence autour de moi et expression surprise de la guide au micro, une baleine à bosse vient de sauter à deux kilomètre devant le bateau, et elle recommence trois ou quatre fois. Même à cette distance c’est impressionnant, d’autant plus que ce n’était apparemment pas prévu qu’on en croise une, trop tôt dans la saison.

La bêbête n’est pas farouche, elle reste dans le coin et cette fois nous aussi, on a de longues minutes pour l’observer. Elle sort peu de l’eau, mais la voir se promener c’est magnifique.

Baleine01   Baleine02   Baleine03   Baleine04
Baleine05   Baleine07   Baleine08   Baleine09
Baleine10

On s’est approchés un peu, pas trop pour ne pas la déranger et avec le 400mm, j’arrive à la voir pas trop mal, ça remplace les jumelles. Elle fait un nouveau saut, on la voit bien cette fois ci, mais je suis tellement captivée et surprise que je prends la photo trop tard, je n’ai que les éclaboussures quand elle retombe ! 🙂

Baleine06

On finit par la laisser tranquille et retourner vers le port, le temps s’est couvert et le vent s’est amplifié, malgré une tenue chaude je sens le froid s’immiscer, le retour parait un peu long 🙂 Je sais que j’ai peu de photos, certainement rien de réellement joli, juste des « bouts de baleine » mais les images de cette rencontre dansent dans ma tête, le souvenir sera inoubliable.

Une fois les pieds à nouveau sur terre, je rentre directement à l’hôtel pour me réchauffer et prendre un peu de repos, il peut sur Reykjavík ça tombe bien. J’en profite pour écrire quelques cartes postales achetées le matin et je ne ressors que pour enfin tester la soupe de langoustine dans un très bon petit restaurant qui ne paie pas de mine près du port, pas de soirée dans le froid aujourd’hui.

 

29 Mar 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 4

12 mars 2013 – Le tant attendu Jökulsárlón

Comme je dois changer d’endroit pour le petit déjeuner, je me lève, file sous la douche et range mes quelques affaires rapidement, je veux profiter du lever de soleil sur l’océan pour prendre quelques photos avant d’aller manger.

Gerdi04   Gerdi05   Gerdi06

Je n’avais pas vu hier soir, il y a un parc avec des chevaux, ils sont beaux ces chevaux islandais ! Pas très grands et un peu trapus, les poils longs, j’ai envie d’en mettre un dans ma valise 🙂 J’apprendrai plus tard que la race à 1000 ans, il n’y avait pas de mammifères autres que le renard arctique en Islande avant l’arrivée des colons, ils ont donc apporté avec eux les autres mammifères, mais depuis cette époque aucun « nouveau » cheval n’a été importé en Islande, la race est donc « pure ». Un cheval qui quitte l’ile ne peut d’ailleurs jamais revenir.

Chevaux01   Chevaux02   Chevaux03

Je fais ensuite les quelques dizaines de mètres qui me séparent du restaurant pour aller prendre le petit déjeuner. Ce restaurant est aussi un musée dédié à l’écrivain islandais Þórbergur Þórðarson. Je n’ai pas eu le temps de faire le tour du petit musée, mais la déco extérieure du restaurant est fort sympathique.

Hali01

Le ventre plein, on part ENFIN en direction du Jökulsárlón, j’ai réservé cette excursion juste pour ça, je rêve de voir la lagune. Et quand on arrive sur place je ne suis pas déçue, le soleil encore bas donne un éclairage magique sur le lieu. Les icebergs brillent ou se parent de bleu, aucune déception dans la découverte tant attendue de cet endroit. C’est beau !

J’entends les phoques mais je ne les trouve pas, ils sont au bord de l’océan alors que je suis sur l’autre rive du lagon, c’est dommage, ce sera pour une autre fois.

Jokulsarlon01   Jokulsarlon02   Jokulsarlon03   Jokulsarlon04   Jokulsarlon05
Jokulsarlon06   Jokulsarlon07   Jokulsarlon08   Jokulsarlon09   Jokulsarlon10
Jokulsarlon11   Jokulsarlon12   Jokulsarlon13   Jokulsarlon14   Jokulsarlon15
Jokulsarlon16   Jokulsarlon17   Jokulsarlon18   Jokulsarlon19   Jokulsarlon20
Jokulsarlon21

Direction ensuite le glacier Svínafellsjökull à Skaftafell pour une randonnée crampons aux pieds. Je vais être franche, ce n’est pas la partie de l’excursion qui m’emballe le plus… Mais une fois sur place, je me dis que je ne vais pas reculer, je ne referai certainement plus jamais ça… Et finalement l’expérience est plaisante. Ce n’est pas toujours facile de mettre le vertige de côté, mais je suis tranquillement le groupe pendant une petite heure sur cette superbe étendue glaciaire, on se sent tout petit face à la nature.

Svinafellsjokull01   Svinafellsjokull02   Svinafellsjokull03   Svinafellsjokull04   Svinafellsjokull05
Svinafellsjokull06   Svinafellsjokull07   Svinafellsjokull08   Svinafellsjokull09   Svinafellsjokull10
Svinafellsjokull11   Svinafellsjokull12   Svinafellsjokull13   Svinafellsjokull14

Après l’effort, le réconfort, avec une pause repas bien méritée, un excellent hamburger-frites dans le resto de la station-service toute proche avant de reprendre la route vers Reykjavík.

Nous faisons un très court arrêt pour construire un cairn, chacun mets une pierre qui représente un regret qu’il veut « expier », on entasse ensuite toutes les pierres en un petit monticule. L’endroit est plein de ces petits monticules, c’est une sorte de tradition pour les voyageurs qui passent par là pour qu’ils puissent repartir d’Islande le cœur plus léger, j’aime l’idée et la légende.

Cairn01   Cairn02

Le dernier arrêt avant de rentrer à Reykjavík, est à Seljalandsfoss, une cascade avec un petit chemin pour passer derrière, chemin complètement verglacé qui me fait regretter de ne pas avoir gardé mes crampons 🙂

Entre les gouttes d’eau qui maculent l’objectif à cause du vent et une jolie glissade qui me refroidit quelque peu, je ne trouve pas l’emplacement pour un cadrage à la hauteur du lieu , mais comme pour tout le reste, le souvenir est dans ma mémoire. Le jour étant déjà bien avancé, les photos manquent également de luminosité.

Seljalandsfoss01   Seljalandsfoss02   Seljalandsfoss03   Seljalandsfoss04

Au retour, la chasse aux aurores boréales est annulée, le temps est couvert sur Reykjavík, on s’y attendait. Cependant, petite déception supplémentaire, le guide nous dépose précipitamment à l’hôtel alors que nous devrions aller manger la traditionnelle soupe de langoustine. Il y a du bon et du moins bon chez cet excursionniste…

Étant donné qu’il est déjà 21h30, je dine au restaurant de l’hôtel d’un carpaccio de thon soigné, avant de remonter prendre un peu de repos dans ma chambre, les deux dernières journées ont été intenses mais magnifiques.

 

24 Mar 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 3

11 mars 2013 – Partons à la découverte de la côte sud

Aujourd’hui réveil tôt, excursion plutôt intense sur deux jours, je ne dormirai pas à Reykjavík ce soir.

Mon expérience de petit déjeuner sucré de la veille m’ayant laissée dubitative, je tente la version salé. C’est beaucoup mieux, le saumon et la salade de thon ça passe finalement très bien le matin 🙂

Au programme du jour, découverte de la côte sud islandaise, jusqu’au Jökulsárlón, beaucoup de route donc. Mon guide / chauffeur me récupère à l’heure prévue à l’hôtel, on prend d’autres participants sur leurs lieux d’hébergements et on retrouve l’autre guide pour répartir les gens entre deux minibus en fonction du lieu où chacun dormira le soir. Ils sont pas super organisés et on a un bon moment d’attente, ils ont oublié de prendre quelqu’un à l’hôtel…

On finit par prendre la route, j’ai de la chance, mon bus n’est plein qu’à moitié alors que l’autre est complet. C’est confortable, j’ai un double siège rien que pour moi, je peux donc poser mon sac photo à côté de moi sur lequel je vais me caler pour prendre des photos en route.

cote_sud01   cote_sud02   cote_sud03   cote_sud04
cote_sud08   cote_sud09   cote_sud18   cote_sud19
cote_sud20   cote_sud21

Bon les photos prises à 100km/h au travers d’une vitre sale et pleine de reflets, c’est assez archaïque, mais malgré un avant plan systématiquement flou et un horizon parfois pas très droit, ça donne de bons souvenirs du voyage.

On met donc cap en direction des volcans sous un beau soleil, ils se détachent au fond, blancs sur un paysage sombre. Le guide parle beaucoup, il explique plein de choses et donne des anecdotes voire raconte des légendes islandaises, le tout en anglais. Je ne comprends pas tout, mais l’essentiel, c’est déjà pas mal 🙂

volcans01   volcans02   volcans03   volcans04   volcans05

Premier arrêt rapide, au pied du volcan Eyjafjallajökull (que je ne suis toujours pas capable de prononcer :)), vous savez celui qui a paralysé les avions dans toute l’Europe en 2010 avec son beau nuage de cendres.

Eyjafjallajokull01   Eyjafjallajokull02   cote_sud05   cote_sud06   cote_sud07

Après quelques photos, nous reprenons la route, toujours accompagnés des commentaires du guide, en direction de Skógar et sa cascade, Skógafoss. La cascade est immense et elle a un joli arc en ciel à son pied. Avec le froid, il y a de la glace contre les parois. On a 30 minutes d’arrêt, c’est trop court, je serai restée beaucoup plus longtemps à la contempler, à regarder jouer les couleurs de l’arc en ciel, à écouter le bruit de l’eau.

Skogafoss01   Skogafoss02   Skogafoss03   Skogafoss04
Skogafoss05   Skogafoss06   Skogafoss07

Reprise de notre périple, on délaisse les volcans pour continuer en direction de l’est avec un arrêt prévu au village de Vík pour un repas qui sera le bienvenu. Pas de choix de restaurant, celui de la station-service étant le seul existant. Je mange une sorte de croque-monsieur avec des frites assez rapidement pour profiter au maximum du paysage environnant. Le village est joli avec son église perchée et ses plages de sable noir. Je récupère un peu de sable dans une bouteille vide, un petit bout d’Islande m’accompagnera en France.

Vik01   Vik02   Vik03   Vik04
Vik05   Vik06   Vik07

Une fois la route reprise, traversée des champs de lave, le paysage est lunaire à perte de vue, c’est très impressionnant.

lave01   lave02   lave03

Un petit arrêt non prévu à la demande d’un de mes compagnons de voyage près des colonnes de basalte, la nature est parfois artiste.

colonnes   cote_sud13   cote_sud14   cote_sud15

Une des participantes au voyage me pose une question sur son appareil photo, elle se rend compte que je suis pas super à l’aise en anglais et me parle en français, elle est canadienne « anglophone » mais elle parle mieux français que moi anglais 🙂 Elle m’aidera d’ailleurs à mieux comprendre certaines instructions pendant les deux jours, c’est agréable.

Il y a quelque chose que j’aime particulièrement dans les paysages islandais ce sont ces petites rivières ou étendues d’eau qui sont d’un bleu profond comme je n’en ai jamais vu avant, il y en a un peu partout, j’ai ressenti la frustration de ne pas pouvoir m’arrêter au bord de la route pour en faire de jolies photos.

cote_sud10   cote_sud11   cote_sud12   cote_sud16   cote_sud17

Arrêt photo suivant à Skeiðarársandur avec une vue sur une partie de la calotte glaciaire Vatnajökull, la pause est bienvenue pour se dégourdir un peu les jambes avant la dernière étape du voyage qui doit nous conduire à un arrêt rapide au Jökulsárlón avant de rejoindre la maison d’hôte pour la nuit.

Skeidararsandur01   Skeidararsandur02   Skeidararsandur03   Skeidararsandur04

Le guide décidera de ne pas s’arrêter au Jökulsárlón, mais près d’un autre lagon glaciaire plus petit, le Fjallsárlón, je n’ai pas compris pourquoi… Cela dit, la découverte des icebergs reste quand même un moment exceptionnel, ces gros glaçons entourés d’eau c’est impressionnant et puis le bon côté des choses, c’est que nous sommes seuls, il n’y a personne d’autre, c’est finalement une bonne idée cet arrêt un peu différent de ce qui était prévu.

Fjallsarlon01   Fjallsarlon02   Fjallsarlon03   Fjallsarlon04
Fjallsarlon05   Fjallsarlon06   Fjallsarlon07   Fjallsarlon08

Je logerai ce soir dans la guesthouse Gerði, celle d’Hali étant complète. Après avoir récupéré ma clé et déposé mes bagages, je vais prendre un bon repas au restaurant Hali fait d’omble chevalier mariné, d’agneau et de fondant au chocolat.

Gerdi01

Une « chasse » aux aurores boréales au-dessus du Jökulsárlón était prévue au programme, mais à peine son repas terminé, le guide a filé dans sa chambre sans en toucher un seul mot. Petite déception donc, pas de découverte de la lagune ce soir, ce sera encore plus décevant si les aurores pointent le bout de leur nez.

Ne voulant tout de même pas rater le phénomène s’il apparait, je passe quelques heures dans le vent à surveiller le ciel près de l’océan, je prends quelques photos d’étoiles, mais les aurores ne se montreront pas, ça atténue un peu la déception d’être restée sur place pendant que tous les autres groupes sont partis pour surveiller le ciel au-dessus du Jökulsárlón. Le serveur du restaurant nous dira le lendemain qu’elles sont apparues vers deux heures du matin cette nuit-là.

Gerdi02   Gerdi03

Quand le froid commence à être trop pénétrant, je vais rejoindre ma chambre d’un soir, la tête encore dans les étoiles.

 

24 Mar 2013

Il était une fois… l’Islande, chapitre 2

10 mars 2013 – Une journée « plaisir du corps » et des yeux

Au réveil premier réflexe, regarder le temps dehors et là je suis émerveillée, le soleil se lève sur le port et la montagne, les couleurs sont à tomber !

Direction la douche pour se donner visage humain avant d’aller au petit déjeuner, la nuit a été courte ma chambre est juste au-dessus du bar, il y a eu du bruit très tard dans la nuit.

Étant donné que je n’ai jamais très faim au réveil, je prends quelques trucs au buffet sucré. Pas de croissants ou autre viennoiseries ici mais des sortes de petits morceaux de gâteaux. Le p’tit dej sucré Islandais, ce n’est pas pour moi ! Beaucoup trop sucré. Je mange donc quelques fruits pour faire passer tout ça et je remonte chercher mes affaires pour la journée.

Je fais juste un détour par la réception pour demander à changer de chambre, la mienne est beaucoup trop bruyante et en prime il y a les odeurs de la cuisine du resto par moments. Le réceptionniste me dit de refaire ma demande le soir et ils me donneront une autre chambre s’ils en ont une de libre. J’en profite pour lui demander de vérifier avec le tour opérateur si tout est ok pour mon excursion du lendemain.

Une fois rassurée, je récupère mon maillot de bain, mon sac photo et je vais attendre dans le hall de l’hôtel qu’on vienne me chercher direction le Blue Lagoon, à moi les sources chaudes de la station géothermale. Enfin… si je passe le blocage des vestiaires et des douches, j’ai lu ici et là qu’il faut se doucher toute nue et qu’il n’y a pas de cabines pour se changer dans les vestiaires…

L’excursionniste vient me chercher comme prévu à l’hôtel, petit passage par le BSI pour prendre un car plus grand et c’est parti.

Arrivée sur place, la première chose qui frappe c’est le paysage, c’est perdu au milieu des champs de lave avec les fumées de la station géothermale en fond, c’est beau ! (je vais souvent me répéter à propos de la beauté du paysage :)). La seconde chose frappante, c’est l’odeur à la descente du bus, ça sent le soufre. Ça semble désagréable sur le moment, mais on s’habitue vite.

Une fois devant l’entrée, je prends un peu peur, mais il vient d’où tout ce monde ? Bon ben on va faire la queue, le départ à 11h ce n’est pas la bonne heure visiblement. Ça passe toutefois assez vite, je loue ma serviette, mets mon bracelet électronique et direction les vestiaires.

Première constatation, il y a une cabine pour se changer, ouf. Je repère un casier vide sur l’écran (il n’en reste plus guère, il y a vraiment beaucoup de monde), je mets mon sac photo dedans et vais enfiler la tenue adéquate pour la journée avant de me diriger vers les douches. Second ouf, il y a des cabines en verre dépoli pour les gens pudiques 🙂

C’est d’ailleurs très classe comme endroit, jusque dans les douches. Tous les produits pour se doucher sont fournis, pas besoin de se charger inutilement avec ses propres produits.

Une fois douchée, direction le lagon. C’est superbe, l’eau est d’un bleu incroyable, ça fume à la surface, j’oublie qu’il faut sortir en maillot de bain alors qu’il fait 0°c dehors, j’ai juste envie d’aller dans l’eau alors je passe les portes. Il fait froid, mais je ne me sens pas glacée comme je pensais, c’est largement supportable, je dépose ma serviette à l’endroit prévu pour ça et j’entre dans l’eau en faisait attention à ne pas glisser.

Et là, c’est le bonheur ! 🙂

L’eau est chaude à souhait, je n’ai plus envie d’en sortir. Je m’offre une boisson au bar depuis le lagon, le bracelet électronique permettant de payer directement depuis l’eau.

Au bout de deux heures et demie à barboter et tester les effets de la silice sur le visage, la nature me rappelle à l’ordre et je dois sortir à contre cœur. Je me dis que je vais en rester là et aller me changer, il serait après tout temps d’aller manger, mon estomac râle. Mais je ne résiste pas, je retourne dans l’eau une petite heure encore, c’est vraiment agréable. Il faut juste éviter de se mettre de l’eau dans les yeux, ça pique 🙂

L’heure avançant, je décide de sortir sans grande envie pour aller manger, le restaurant ferme à 16h.

Puisque c’est une journée de plaisir pour le corps, je fais plaisir à mon estomac, au menu salade de langoustines et filet d’agneau. C’est excellent, le restaurant est à la hauteur du lieu.

Pendant le repas je jette un œil aux horaires du bus pour le retour, je me dis que celui de 17h15 est envisageable. Repas terminé je monte sur la passerelle située sur le toit pour prendre des photos, la vue est à couper le souffle malgré le ciel couvert, j’imagine ce que ça doit être par beau temps. Et sans vent 🙂

blue_lagoon01   blue_lagoon02   blue_lagoon03   blue_lagoon04

Mes photos faites, je fais un détour rapide par la boutique, je vois des trucs sympas, mais c’est extrêmement cher, je passerai faire un tour à la boutique Duty Free de l’aéroport, pas la peine de payer le prix fort alors que je peux payer moins cher au moment du départ.

Retour tranquille vers la ville, le bus me dépose directement à l’hôtel après avoir papoté un peu avec le chauffeur fort sympathique.

Je demande une nouvelle fois à changer de chambre à la réception, une chambre est libre, mais plus face au port, le réceptionniste est embêté de ne pas pouvoir me donner une chambre avec une meilleure vue, je prends quand même, je peux sortir pour la vue, mais la nuit j’aimerai dormir un peu 🙂

Étant donné que j’ai mangé très tard, j’ai repéré la veille un magasin ouvert 24h/24, je me dis que je vais aller chercher quelque chose de léger à manger dans ma chambre plus tard dans la soirée.

Comme le temps est dégagé et malgré un vent un peu fort, je décide d’aller prendre en photo à l’heure bleue une œuvre que j’aime particulièrement, me voilà donc à longer la mer un peu au pas de course pour arriver avant qu’il ne fasse nuit.

Reykjavik01

Je ne suis pas seule sur place il y a deux couples qui ont sorti le trépied, l’un d’eux a même une installation qui me laisse admirative. Et c’est en les voyant que je comprends, ils attendent une éventuelle aurore boréale. Mince, je ne suis pas habillée pour, j’allais juste chercher à manger, tant pis j’aurai froid mais j’attends, si il y a une chance je ne veux pas la rater.

Je me rends compte qu’ils parlent français, des compatriotes ! Timidement je m’approche et engage la conversation, ils sont bien là pour les aurores. J’approche donc mon matériel et ils me donnent plein de bons conseils.

Au bout d’un moment ils me disent « ça y est ça commence », je regarde le ciel dubitative… Ou ça ? Une tache pale est apparue au-dessus de la montagne, il faut le savoir une aurore boréale peu intense est verte sur les photos mais blanche à l’œil nu… Heureusement qu’ils étaient là, je l’aurai pas vue sinon avec la pollution lumineuse de la ville. Les prises de vues s’enchainent, mes photos ne sont pas terribles, super bruitées, mais je n’avais pas la moindre envie de vérifier sur le moment, pas la moindre envie de jouer avec les réglages, mes yeux étaient rivés vers le ciel, je me contente d’appuyer sur le déclencheur de la télécommande en regardant l’aurore se former et en échangeant avec mes compagnons d’un soir sur la beauté du phénomène.

aurore_boreale01   aurore_boreale02   aurore_boreale03   aurore_boreale04

Mine de rien, je remplis une carte et ma batterie montre des signes de faiblesse. Une fois la carte remplie, je suis gelée je me dis que je vais rentrer et je range le matériel. Tout à coup l’aurore explose et là on voit le vert et même le rouge à l’œil nu ! Le spectacle est saisissant, je remets vite tout en place, je ne cherche pas à cadrer, je regarde le ciel, je veux graver cet instant dans ma mémoire. Ce sont quelques minutes d’une beauté à couper le souffle, je n’ose pas imaginer ce que c’est loin des lumières de la ville.

aurore_boreale05   aurore_boreale06   aurore_boreale07   aurore_boreale08
aurore_boreale09   aurore_boreale10   aurore_boreale11   aurore_boreale12
aurore_boreale13   aurore_boreale14

Petit à petit l’aurore diminue en intensité, me rappelant que je ne suis pas habillée pour être dehors en Islande à cette heure-ci. Je range donc, échange quelques mots encore et me dirige vers l’hôtel et une douche chaude avant d’aller au lit, des images plein la tête.